Jeune intermittent

Jun 24, 2020

Le jeûne intermittent 

 

Ce texte est un résumé de l’article suivant et de ces références

Effects of Intermittent Fasting on Health, Aging, and Disease. N Engl J Med 2019;381:2541-51. DOI: 10.1056/NEJMra1905136


 

Introduction et définition 

  • Jeûne : privation (volontaire ou non) de nourriture, soit la privation d’apport calorique sur une période donnée 
  • Jeûne intermittent : pratique alimentaire consistant à alterner des périodes de jeûne et des périodes d’alimentation normale 
  • Alternate day fasting : jeûne à J1, alimentation normale à J2, jeûne à J3, ... 
  • 5:2 intermittent fasting : jeûne (
  • Daily time-restricted feeding (16:8 daily intermittent fasting) : fenêtre d’alimentation de 8h et jeûne de 16h tous les jours 

 

Le switch métabolique 

  • Durant période de jeûne, la source d’énergie provient de la glycogénolyse, puis de la néoglucogénèse et enfin la lipolyse et la cétogenèse 
  • Corps cétoniques régulent l’expression et l’activité de nombreuses protéines et molécules connues pour influencer la santé et la vieillesse 

 

page1image39984656

 

Les effets du jeûne intermittent 

  • Augmente la résistance au stress 
  • Diminue l’obésité 
  • Diminue résistance à l’insuline: diminution de 57% du taux d’insuline à jeun (après 22 jours alternate day fasting) (34) 
  • Diminue dyslipidémie 
  • Diminue l’hypertension 
  • Diminue inflammation 
  • Augmentation de la cognition : mémoire verbale / travail, fonction exécutive, cognition global 
  • Augmentation longévité ? 
    • Prouvé chez les rats (Goodrick and colleagues)
    • Résultats discordants chez les singes (Effet positif - Université du Wisconsin (31) VS Effet non significatif - National Institute of Aging(32)) 

 

Applications cliniques 

  • Obésité et diabète mellitus
    • 2 études ont prouvées (par restriction calorique ou jeûne intermittent 4:3) qu’il était possible de réverser la résistance à l’insuline chez des patients pré-diabétiques ou diabétiques de type 2. (52)(53)
  • Maladies cardiovasculaires 
    • Amélioration de plusieurs indicateurs de santé cardiaque (TA, pouls de repos, HDL, LDL, ...) (41)(43)(47)(55) qui devient évident après 2-4 semaines de jeûne intermittent et se qui dissipe après plusieurs semaines de diet normale (57) 
    • Réduction des marqueurs de l’inflammation systémique et du stress oxydatif en lien avec athérosclérose (17)(27)(36)(56) 
  • Cancer
    • Chez les rongeurs, diminue l’apparition spontanée de tumeur, leur croissance et accroît leur sensibilité aux traitements (7-9)(60)
    • Pourrait diminuer/stopper la croissance tumorale et augmenter la survie (encore en étude) (9)(68)
  • Désordre neuro-dégénératif 
    • Chez animaux, retarde le début et la progression des maladies neuro-dégénérative comme Alzheimer (5)(12) 
    • Asthme, sclérose multiple et arthrose
    • Notamment en lien avec la diminution de l’inflammation systémique
    • Chirurgie et lésion ischémique tissulaire
    • Chez les animaux, le jeûne pré-opératoire réduit le dommage tissulaire et l’inflammation et améliore les outcomes des procédures chirurgicales (77) 
    • 2 semaines de restriction énergétique pré-opératoire améliore l’outcome des patients  ayant subit un bypass gastrique (79) 

 

page2image40268800
 
 

Considérations pratiques 

  • Des études complémentaires sont encore en cours (sur d’autres groupes de patients, avec d’autres paramètres analysés, ...) 
  • Impossible que tout le
    monde se mette au jeûne
    intermittent (on ne connait
    pas tout, encrage culturel de l’alimentation, contre indication ?) 
  • Possibilité d’avoir des « effets secondaires » les premières semaines (colère, irritabilité, diminution de la concentration) 
  • Médecins doivent être renseigner pour accompagner leur patients et les conseiller au mieux 

 

Conclusion

  • Le jeûne intermittent est bénéfique pour de nombreux problèmes de santé (obésité, diabète, maladie cardiovasculaire, cancer, ...) 
  • Le jeûne intermittent induit un switch métabolique induisant des réponses cellulaires spécifiques (anti-anabolisme)
  • La production de corps cétoniques est au coeur des changements métaboliques adaptatifs lors du jeûne 
  • Le jeûne intermittent augmente la bonne fonction des organes ainsi que la résistance au stress et à la maladie 

 

Bibliographie

  1. De Cabo R, Mattson MP. Effects of intermittent fasting on health, aging, and disease. New England Journal of Medicine. 26 déc 2019;381(26):2541‐51 et toutes ses références 

 



Mots-clés:
Catégorie: News